Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bienvenue sur le blog de Flo', lectrice, libraire & auteure - Rose Darcy, c'est moi ^^ -. Ici, je vous parle de ce qui me passionne, lecture, écriture, musique et bien d'autres choses encore ! Je vous souhaite un bon voyage dans mon univers rose bonbon, en espérant que vous y ferez de belles découvertes livresques... ou autres ;) N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage chez moi, j'adore vous lire !!! Et, si le coeur vous en dit, vous pouvez visiter mes pages Face de Bouc : https://www.facebook.com/CoeurDeLibraire & https://www.facebook.com/RoseDarcyAuteure. Bonne visite à vous :D

19 Sep

Jean MOLLA "Sobibor"

Publié par Myiuki  - Catégories :  #LITTERATURE JEUNESSE

Quatrième de couverture

 

"Je l'ai fait pour qu'on m'arrête", répond Emma après avoir volé des biscuits dans un supermarché. Que se cache-t-il derrière ses mots, sa maigreur extrême, sa beauté douloureuse ? Quelle est l'origine de son anorexie : l'indifférence de ses parents, le silence, les mensonges savamment entretenus? Emma veut savoir. Emma veut comprendre. La découverte d'un vieux cahier fera bientôt surgir du passé d'épouvantables secrets.

 

A mon avis ... 330x298 1277805245magnet barbapapa coeur rose 70055 330x298 1277805245magnet barbapapa coeur rose 70055 330x298 1277805245magnet barbapapa coeur rose 70055

 

Je m'attendais à tout sauf à ça ! Je pense que ça résume pas mal mon avis sur ce roman. A vrai dire, à la vue du résumé, j'avais prévu de plonger dans les méandres insoutenables de l'anorexie, comme je l'avais déjà fait avec l'excellent "Thornytorinx" de Camille de Peretti, or, ça n'est pas du tout ça. Enfin, en partie si, parce qu'on parle bien d'anorexie, mais pas que ... l'auteur s'étend sur les causes de celle-ci et j'avoue que là, j'ai été on ne peut plus surprise ! Ca m'a déstabilisée parce que je ne comprenais pas pourquoi ce choix de la part de l'auteur, alors qu'il y en a tellement d'autres possibles, pourquoi ? Mais j'y reviendrai ...

Dans un premier temps, je dois dire que j'ai trouvé le roman très bien écrit, c'est poignant de bout en bout, on a vraiment l'impression d'être aux côtés de cette adolescente en proie aux affres de l'anorexie. Alors bien sûr, c'est dur, c'est troublant, les moments où elle nous raconte comment elle vomi, quel bonheur cela lui procure la première fois, cette sensation grisante de contrôler son propre corps comme elle le souhaite en se privant de nourriture, l'image de son corps nu devant la glace ... Psychologiquement, ça emmène le lecteur dans des la souffrance, la douleur. Pas du tout dévident de l'imaginer se goinfrer de pâté pour chats accroupie sur le sol de la cuisine parce qu'elle a mal pour ensuite aller tout régurgiter sur la belle porcelaine immaculée des toilettes. Oui, ça choque, oui, ça vous fait mal comme si on vous assénait des coups de poings à répétition. Il faut avoir le cœur bien accroché pour lire ce roman car il vous prend aux tripes. C'est un témoignage incisif, fort, indomptable que celui de cette ado. J'ai parfois eu la sensation que je ne pouvais pas m'arrêter de lire, j'avais besoin de savoir si elle serait encore là à la page d'après ...

Ce roman c'est celui d'un combat, celui d'Emma contre elle-même, contre ses démons. Et pourtant, ce combat, on sent qu'elle veut y mettre fin malgré tout car, dès le début du roman, elle lance un appel au secours, elle le dit d'ailleurs très clairement, elle s'est fait prendre à voler dans un magasin "pour qu'on l'arrête". Rien de plus clair que ça, pourtant, ses parents ne vont pas réagir ... Seul le directeur du magasin va l'interpeller. Je sais que pour les parents d'enfants anorexiques, ça n'est pas évident de gérer ça, de voir les choses en face, mais j'ai perçu les réactions d'Emma aussi comme des cris de révolte face à ces deux êtres qui ne réagissent pas ... Son père est médecin, tout de même, et sa mère ... je ne sais trop que penser de sa mère dont l'attitude m'a malgré tout un peu exaspéré. On sent malgré tout leur tristesse, leur impuissance, face au drame qui les touche au travers de leur fille, mais j'ai regretté qu'ils n'agissent pas, ils sont d'une indolence à faire peur. M'étonne pas qu'Emma est envie de crier à ce point !

Je me suis très vite attachée à Emma justement, parce que, quelque part, je comprends ce besoin qu'elle a de contrôler quelque chose dans sa vie, quelque chose qui ne peut pas lui mentir, son corps. Elle le voit, d'ailleurs avec une lucidité qui m'a frappé, ce corps où les côtes se dessine à travers une peau si fine, ses cuisses sèches et couvertes de vergetures, son ventre plat et tendu ... un spectacle insoutenable, sans doute, d'ailleurs, à un moment donné dans le roman, sa grand-mère amorce une comparaison, sans aller jusqu'au bout mais ça n'est pas nécessaire pour que le lecteur la comprenne, entre son corps et celui des hommes et des femmes des camps de concentration. On se demande souvent pourquoi des jeunes filles (et des garçons aussi, n'oublions pas !) qui ont "tout pour être heureuses" tombent dans l'anorexie, la boulimie ou tout autre trouble alimentaire. Ce roman est un début de réponse car il est réaliste, Emma ne nous cache rien de sa condition, ne nous épargne rien, elle nous raconte tout, sa façon de picorer dans les plats que lui prépare sa mère, sa façon de se goinfrer quand elle ne va pas bien avant de tout vomir dans les toilettes, son indifférence, l'abandon volontaire de toute trace de féminité en elle, son retour en enfance, comme elle le dit si bien ...

Car c'est un corps d'enfant qu'Emma a voulu retrouver. Tout un symbole ! En abandonnant son corps de femme, ses formes, elle a voulu redevenir une petite fille, retrouver une part de l'innocence qu'elle avait perdu. Ce refus de l'âge adulte est on ne peut plus marquant, Emma, au fond, ne veut pas grandir, parce que grandir c'est accepter que la vie est loin d'être parfaite, c'est accepter le mensonge de ceux qui vous entourent, l'hypocrisie, c'est jouer le jeu des illusions et des faux-semblants. Emma n'était pas prête pour ça. Son histoire démarre de façon "banale" en apparence, elle demande à son petit ami comment il la trouve et il commet l'erreur de lui dire qu'elle est belle mais peut-être un peu ronde ! S'ensuit un premier régime qui porte ses fruits puis un second, jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus s'arrêter. Mais cette remarque n'est pas la cause du malaise profond d'Emma, elle l'a cru ... puis elle a fini par comprendre, bien plus tard, que ça venait d'ailleurs. Limite, j'aurais préféré que ça vienne de là quelque part, parce que j'ai trouvé la véritable explication un peu "tirée par les cheveux" ...

Si Emma se sent si mal, c'est parce que sa grand-mère de laquelle elle était très proche lui a menti. Parce qu'elle et son grand-père qu'elle considérait un peu comme ses parents, comme un exemple de bonheur, d'amour, ne sont que des masques ... Si Emma se rend malade, c'est à cause d'eux, à cause de Sobibor. Et c'est là que j'aurais du revoir mes cours d'histoire car j'aurais su, avant même d'ouvrir le roman, de quoi il allait parler, de fait, je ne l'aurai peut-être pas lu de suite ... Car Sobibor était un camp d'extermination en Pologne durant la Seconde Guerre Mondiale. Et voilà pourquoi j'ai eu la sensation dérangeante que c'était un peu trop "gros" comme cause de l'anorexie d'une ado de nos jours qui n'a pas connu, n'a pas vécu, cette période-là. Mais, revenons un peu en arrière ... Ce roman se construit sur une alternance de deux niveaux, il y a tout d'abord Emma qui se raconte, qui nous décrit son quotidien, et il y a les extraits d'un journal qu'elle lit, celui de Jacques Desroches. Là ou ça devient intéressant, c'est au niveau du contenu de ce fameux journal qui n'est autre que celui d'un français, collaborateur de premier ordre puisqu'engagé dans l'armée allemande et ayant un poste de gradé au camp de Sobibor.

Je me suis sentie comme Emma en lisant ce journal, il m'a donné envie de vomir, tout simplement. De voir comment ce français adhérait aux idées nazis, comment il vouait la grandeur de l'Allemagne, comment il parlait des juifs, souhaitant leur extermination et y participant activement ... ça fait froid dans le dos ! Ce journal est glaçant tout simplement, c'est une horreur de voir cet homme se complaire dans l'idéologie nazi au point de se rendre complice de pas moins de 250 000 morts. Un chiffre effarant. Ce journal vous dégoûte ! Le voir raconter - avec un certain plaisir et une fierté non dissimulée - l'avancement de la construction du camp, la façon dont ils ont trouvé une super méthode pour exterminer au plus vite les juifs arrivant dans le camp sans qu'ils aient le temps de se révolter ou de se défendre - même si on peut se poser la question de savoir qui aurait oser le faire ? -, de voir ses discussions avec son ami SS dégoulinantes d'horreur, c'était encore plus insoutenable presque que l'anorexie d'Emma. Voir ainsi la pensée d'un homme, d'un vendu, fier de trahir la race humaine, fier d'être un bourreau, fier d'être un nazi, c'est une angoisse, une rage, une violence qui ne vous lâche plus une fois que vous avez lu les premières lignes de ce journal.

Comment excuser, comment comprendre, qu'on ait pu prendre part à un tel massacre sans réagir ? Comment pardonner à un homme d'être juste un homme ? Oui, Jacques Desroches était jeune à l'époque, on aurait pu pardonner ses erreurs, après tout, pourquoi pas ? Non, impossible. Et pour Emma c'est pareil, elle s'érige en juge et juré et le condamne sans préambule. Qui pourrait lui en vouloir ? Car cet homme infect, elle le connaît, bien plus qu'elle ne l'aurait voulu. Car cet homme a été l'amant de sa grand-mère. Sa propre grand-mère qui a vécu l'amour de sa vie en vivant avec cet homme au sein même du camp de Sobibor. Voilà qui dépasse l'entendement pour Emma. Comment peut-on vivre heureux, amoureux, dans un camp alors qu'à côté de soi des milliers d'êtres humains passent dans les chambres à gaz pour ne plus en ressortir que morts ? Comment connaître joie, bonheur, et les apprécier, alors qu'on vit dans une maison entourée de charniers ? Impensable ! Elle s'est sentie trahie par cette femme qu'elle aimait tant, rejetée, abandonnée. On passe par tous les stades d'émotions en lisant ce journal et en écoutant Emma parler. On ne peut pas rester indifférent quand on lit ce roman. J'ai regretté cependant que la révélation sur Jacques Desroches ait été si prévisible ... et sa fin, si lâche.

Ce qui fait d'Emma ce qu'elle est, c'est Sobibor, l'histoire qu'il raconte, les êtres qui l'ont traversé, c'est un prénom, Eva, et celui qui s'y accole, Simon, c'est l'amour, la haine, la détresse, le souvenir, la trahison, l'horreur. Oui, c'est un livre touchant, repoussant, c'est un cri, un appel. J'ai apprécié le fait de voir "de l'intérieur" ce camp de la mort, pour une fois, ça nous offre un nouveau point de vue encore sur ces actes monstrueux qui ont été perpétrés à l'époque, c'est important aussi de comprendre comment un homme peut tomber aussi bas dans la vilenie. Mais, ce qui m'a gênée, c'est le fait d'accoler les deux, l'anorexie d'Emma, et Sobibor. J'aurais sans doute préféré qu'il s'agisse de deux romans différents, parce que j'ai trouvé que ça n'était pas pleinement cohérent ... La cause de son anorexie, c'est le mensonge, mais pourquoi basé ce mensonge sur un camp ? Alors oui, ça donne sans doute plus d'impact, plus d'ampleur à l'histoire, même si je n'en suis pas totalement convaincue. Parfois les histoires les plus "simples" sont les plus douloureuses, les plus belles. Celle-ci est pour le coup loin d'être agréable à lire mais, une chose est sûre, elle mérite le détour.

Vous l'aurez compris, mon avis reste en demi-teinte pour ce roman. Même si j'ai apprécié ma lecture parce que les deux sujets principaux qui y sont abordées me touchent de près, que je n'ai pas cessé d'être dans l'émotion tout au long de ma lecture, je n'arrive pas à trouvé le lien entre eux réaliste. Mais la leçon que nous offre ce roman, cette leçon de vie, de main tendue, de vérité, est précieuse. Alors, si vous avez l'occasion de le faire, n'hésitez pas à le lire.

 

Passeport lecture

 

Nombre de pages : 191

Temps de lecture : 1h45

Prix : 9.15 €

 

http://www.gallimardmontreal.com/system/articles/images/grand/9782070546121.gif

 

http://2.bp.blogspot.com/-kztw8eqJcyU/UEMtdy47RKI/AAAAAAAAK1k/-4sH_UpuoL8/s640/Sans+titre+17.bmp

 

530110 4030615076768 443719012 n

 

bannière challenge

 

http://img.over-blog.com/217x300/3/60/76/57/Challenge/Challenge-douce-France.jpg

 

 

Commenter cet article
L
Une très agréable lecture pour ce livre à la fois touchant et intelligent ! J'aime beaucoup les questions qu'il nous force à nous poser...
Répondre
M
Oui, très interrogatif en effet, et introspectif par certains aspects ^^
Merci pour ton commentaire :)
P
Merci pour ce très beau et très complet billet! Un livre dont une amie m'a beaucoup parlé et que je pense découvrir bientôt!
Répondre
M


Merci à toi d'avoir pris le temps de le lire et de laisser un commentaire :)


Bonne lecture à toi dans ce cas ^^



À propos

Bienvenue sur le blog de Flo', lectrice, libraire & auteure - Rose Darcy, c'est moi ^^ -. Ici, je vous parle de ce qui me passionne, lecture, écriture, musique et bien d'autres choses encore ! Je vous souhaite un bon voyage dans mon univers rose bonbon, en espérant que vous y ferez de belles découvertes livresques... ou autres ;) N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage chez moi, j'adore vous lire !!! Et, si le coeur vous en dit, vous pouvez visiter mes pages Face de Bouc : https://www.facebook.com/CoeurDeLibraire & https://www.facebook.com/RoseDarcyAuteure. Bonne visite à vous :D