Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coeur de libraire

Bienvenue sur le blog de Flo', lectrice, libraire & auteure - Rose Darcy, c'est moi ^^ -. Ici, je vous parle de ce qui me passionne, lecture, écriture, musique et bien d'autres choses encore ! Je vous souhaite un bon voyage dans mon univers rose bonbon, en espérant que vous y ferez de belles découvertes livresques... ou autres ;) N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage chez moi, j'adore vous lire !!! Et, si le coeur vous en dit, vous pouvez visiter mes pages Face de Bouc : https://www.facebook.com/CoeurDeLibraire & https://www.facebook.com/RoseDarcyAuteure. Bonne visite à vous :D

20 Sep

La minute poésie de Myiuki [1]

Publié par Myiuki  - Catégories :  #LA MINUTE POESIE DE MYIUKI

 

poesie3.jpg

 

Bonjour à tous !

 

Et bienvenue dans ce nouveau rendez-vous qui se déroulera le troisième jeudi du mois.

"La minute poésie de Myiuki" a pour but, comme vous l'aurez compris, de parler poésie. Pourquoi ? Je me suis rendue compte que, bien qu'aimant beaucoup ce genre littéraire, j'en lisais peu. Honte sur moi ! Ce rendez-vous aura donc pour but de vous faire découvrir un recueil de poésie et à travers lui, son auteur.

J'espère que ce rendez-vous saura vous intéresser et vous ouvrir l'esprit sur des thèmes aussi divers que variés comme la poésie le fait pour moi à chaque nouvelle lecture.

Poètes en herbe, suivez le guide ;)

 

Aujourd'hui ...

... nous partons à la découverte d'une figure emblématique de la poésie française, un grand personnage qui a marqué son époque, Aimé Césaire.

 

L'homme

Issu d'une modeste famille de sept enfants, Aimé Césaire étudie d'abord au lycée Schoelcher à Fort-de-France. Grâce aux conseils d'un de ses professeurs, il obtient une bourse pour partir poursuivre ses études à Paris au lycée Louis Le Grand. C'est là qu'il rencontre Léopold Sédar Senghor, avec lequel il fonde, en 1934, L'Étudiant noir. C'est dans cette revue qu'Aimé Césaire emploie, pour la première fois, le mot qui, à lui seul, résumera son combat, tant littéraire que politique : la 'négritude'. A la veille de la Seconde Guerre mondiale, il publie le 'Cahier d'un retour au pays natal', texte fondateur à bien des égards, puis rentre en Martinique, pour y enseigner le français. La Seconde Guerre mondiale lui donne l'occasion de forger ses idéaux politiques, la Libération de mettre ces idéaux en pratique. Pendant plus de 50 ans, il mêle ses activités d'écrivain avec ses mandats de maire et de député. Et se bat à la fois pour la reconnaissance de la spécificité et la richesse de la langue de ses ancêtres, et l'indépendance des colonies françaises. Faire prendre conscience au peuple noir de la richesse de ses propres racines : tel est donc, depuis plus de 60 ans, le but premier de l'oeuvre d'Aimé Césaire. Une oeuvre à la fois littéraire et politique qui prouve que le rêve peut être le moteur de la réalité. Et qu'on peut, en même temps, être fier de son identité, et prôner l'universalité. En 2008, retiré de la vie politique depuis plusieurs années, Aimé Césaire décède à l'âge de 94 ans. Il reste une figure incontournable de l'histoire martiniquaise et l'un des derniers fondateurs vivants de la pensée négritudiste.

 

Source : Evene

 

                              http://files.jdem-martinique.webnode.fr/200000064-86ca687c47/aime-cesaire.jpg  http://www.culturessud.com/img/cs_contenus/p436.jpg

 

L'oeuvre choisie

Dans le cadre de ce premier rendez-vous, j'ai lu "Cahier d'un retour au pays natal", un recueil que je vais vous présenter ...

 

Quatrième de couverture

"Et nous sommes debout maintenant, mon pays et moi, les cheveux dans le vent, ma main petite maintenant dans son poing énorme et la force n'est pas en nous, mais au-dessus de nous, dans une voix qui vrille la nuit et l'audience comme la pénétrance d'une guêpe apocalyptique. Et la voix prononce que l'Europe nous a pendant des siècles gavés de mensonges et gonflés de pestilences, car il n'est point vrai que l'oeuvre de l'homme est finie que nous n'avons rien à faire au monde que nous parasitons le monde qu'il suffit que nous nous mettions au pas du monde mais l'oeuvre de l'homme vient seulement de commencer et il reste à l'homme à conquérir toute interdiction immobilisée aux coins de sa ferveur et aucune race ne possède le monopole de la beauté, de l'intelligence, de la force et il est place pour tous au rendez-vous de la conquête et nous savons maintenant que le soleil tourne autour de notre terre éclairant la parcelle qu'à fixée notre volonté seule et que toute étoile chute de ciel en terre à notre commandement sans limite."

 

Quelques extraits

"Au bout du petit matin, la grande nuit immobile, les étoiles plus mortes qu'un balafon crevé,

le bulbe tératique de la nuit, germé de nos bassesses et de nos renoncements."

 

"Arrivée au sommet de son ascension, la joie crève comme un nuage. Les chants ne s'arrêtent pas, mais ils roulent maintenant inquiets et lourds par les vallées de la peur, les tunnels de l'angoisse et les feux de l'enfer.

Et chacun se met à tirer par la queue le diable le plus proche, jusqu'à ce que la peur s'abolisse insensiblement dans les fines sablures du rêve, et l'on vit comme dans un rêve véritablement, et l'on boit et l'on crie et l'on chante comme dans un rêve, et l'on somnole aussi comme dans un rêve avec des paupières en pétales de rose"

 

"Et je lui dirais encore :

'Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n'ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s'affaissent au cachot du désespoir.'

Et venant je me dirais à moi-même :

'Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l'attitude stérile du spectateur, car la vie n'est pas un spectacle, car une mer de douleurs n'est pas un proscenium, car un homme qui crie n'est pas un ours qui danse ...'"

 

"la neige est un geôlier blanc qui monte la garde devant une prison"

 

"Trésor, comptons :

la folie qui se souvient

la folie qui hurle

la folie qui voit

la folie qui se déchaîne

 

Et vous savez le reste

 

Que 2 et 2 font 5

que la forêt miaule

que l'arbre tire les marrons du feu

que le ciel se lisse la barbe

et caetera et caetera ..."

 

"En vain dans la tiédeur de votre gorge mûrissez-vous vingt fois la même pauvre consolation que nous sommes des marmonneurs de mots

 

Des mots ? quand nous manions des quartiers de monde, quand nous épousons des continents en délire, quand nous forçons de fumantes portes, des mots, ah oui, des mots ! mais des mots de sang frais, des mots qui sont des raz-de-marée et des érésipèles et des paludismes et des laves et des feux de brousse, et des flambées de chair, et des flambées de ville ..."

 

"Accommodez-vous de moi. Je ne m'accommode pas de vous !"

 

"Je refuse de me donner mes boursouflures comme d'authentiques gloires.

Et je ris de mes anciennes imaginations puériles."

 

"Et ce pays cria pendant des siècles que nous sommes des bêtes brutes; que les pulsations de l'humanité s'arrêtent aux portes de la négrerie; que nous sommes un fumier ambulant hideusement prometteur de cannes tendre et de coton soyeux et l'on nous marquait au fer rouge et nous dormions dans nos excréments et l'on nous vendait sur les places"

 

"ma négritude n'est pas une pierre, sa surdité ruée

contre la clameur du jour

ma négritude n'est pas une taie d'eau morte sur l'oeil

mort de la terre

ma négritude n'est ni une tour ni une cathédrale

 

elle plonge dans la chair rouge du sol

elle plonge dans la chair ardente du ciel

elle troue l'accablement opaque de sa droite patience."

 

"et loin de la mer de palais qui déferle sous la syzygie suppurante des ampoules, merveilleusement couché le corps de mon pays dans le désespoir de mes bras, ses os ébranlés et, dans ses veines, le sang qui hésite comme la goutte de lait végétal à la pointe blessée du bulbe ..."

 

En bref

Un recueil que j'ai pris plaisir à lire malgré les difficultés que j'ai eu à le faire. Je m'explique. Déjà, je n'ai pas l'habitude de la poésie "déstructurée", ça me déroute je dois dire. Cependant, j'ai pris goût à sa lecture, au bout de quelques pages j'avais calé mon rythme sur celui du texte du coup, ça coulait tout seul. Ensuite, j'ai trouvé qu'Aimé Césaire utilisait beaucoup de mots qui m'étaient totalement inconnus et ce de manière très répétitive. Je vous le dis, si vous devez lire ce recueil faites-le avec un dictionnaire à portée de main ! Ça m'a dérangée quelque peu, parce qu'à chaque j'étais obligée de m'arrêter et de reprendre ma lecture ... Dommage ! Maintenant je sais bien que la poésie n'est pas faite pour accessible, ce serait trop facile ! Mais ici, on arrive quand même à comprendre l'essentiel, c'est heureux. C'est un cri ce recueil, il reprend les thèmes cher à l'auteur, la négritude, l'amour de son pays, sa tristesse face à ce qu'il est devenu, la richesse et la douleur de son histoire, de son passé. C'est un regard sans complaisance aucune, cru, sans faux-semblants, que pose Aimé Césaire sur la Martinique et sur lui-même. J'ai beaucoup aimé son style, troublant, poignant, plein d'émotions. On ne peut pas lire ces lignes sans ressentir quelque chose, c'est impossible. On y voit au travers, la déchéance, l'espoir, l'amour, le rêve, la liberté, on y évoque la colonisation, l'esclavage, la modernité, les traditions. C'est un pêle-mêle de thèmes, d'images, de scènes et de représentations qui nous plonge au coeur d'une île lointaine, de ses entrailles, de ses souvenirs, de ses blessures. Un très beau recueil qui nous remet à notre place d'Homme aussi. J'ai été fascinée par la beauté des mots, par leur côté cru aussi parfois, par ce qu'ils représentent, on sent bien tout l'amour qu'Aimé Césaire porte à son île et à ses habitants. Son retour, il le décrit sans détours, avec une lucidité impressionnante, on a le sentiment d'être à ses côtés quand il repart sur les traces de sa maison, quand il plonge dans l'histoire de ses ancêtres "bons nègres". C'est cependant un recueil dur, aux mots qui ne sont pas tendres la plupart du temps, on sent vraiment que c'est un combat quelque part, malgré tout, l'espoir est là, celui d'une monde meilleur, d'hommes meilleurs. Aimé Césaire est ici une voix, celle de "son" peuple, celle d'un peuple qui a souffert, d'un peuple qu'on a souillé, qu'on a oublié, et qu'il fait revivre, qu'il met en lumière sans pour autant l'épargner, il lui donne une résonance, un écho qui n'a pas de limites. Une poésie porte-parole, comme le miroir d'un pays fané qui doit se reconstruire sans se perdre. Une leçon d'humanité incroyable même si elle peut paraître un peu opaque au début, il faut lire entre les mots d'un style, d'une pensée, pas toujours faciles à suivre, mais accrochez-vous parce que ça en vaut vraiment la peine ! Si vous n'avez jamais lu de Césaire, je vous le conseille, cet homme avait beaucoup à nous apprendre ...

 

Rendez-vous le mois prochain pour un nouvel article ^^

 

Commenter cet article

Tête de Litote 20/09/2012 18:30

J'avais aussi choisi ce recueil lorsque j'ai fait mon mini-mémoire sur l'héritage artistique du peuple Noir, et comme toi, j'avais été frappée par la beauté des mots et l'efficacité des textes...

Myiuki 20/09/2012 18:32



C'est vrai qu'Aimé Césaire avait un don pour transmettre le fond de sa pensée et ses idées d'une manière incroyable, puissante et pourtant, même très crue, on sent toute la douceur qu'il y a en
elle. J'ai beaucoup aimé retourner sur les traces de ce poète que j'avais découvert auparavant grâce à un autre recueil, c'est toujours passionnant de se plonger dans l'univers d'un homme aussi
captivant.


Merci pour ton commentaire :)



Piplo 20/09/2012 12:03

Waouhh superbe article! J'aime beaucoup la poésie et je n'ai pas lu cet auteur... je vais y remédier. Merci pour ce beau billet!

Myiuki 20/09/2012 12:46



Merci à toi !


Aimé Césaire fait partie des "classiques" pour moi, même si sa poésie n'est pas dans la norme standard, il abord des thèmes culturels et personnels vraiment passionnants. A lire,
incontestablement ^^


C'est un grand personnage que j'ai adoré découvrir, j'espère que tu prendras autant de plaisir que moi à sa lecture ;)


A bientôt !



À propos

Bienvenue sur le blog de Flo', lectrice, libraire & auteure - Rose Darcy, c'est moi ^^ -. Ici, je vous parle de ce qui me passionne, lecture, écriture, musique et bien d'autres choses encore ! Je vous souhaite un bon voyage dans mon univers rose bonbon, en espérant que vous y ferez de belles découvertes livresques... ou autres ;) N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage chez moi, j'adore vous lire !!! Et, si le coeur vous en dit, vous pouvez visiter mes pages Face de Bouc : https://www.facebook.com/CoeurDeLibraire & https://www.facebook.com/RoseDarcyAuteure. Bonne visite à vous :D