Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coeur de libraire

Bienvenue sur le blog de Flo', lectrice, libraire & auteure - Rose Darcy, c'est moi ^^ -. Ici, je vous parle de ce qui me passionne, lecture, écriture, musique et bien d'autres choses encore ! Je vous souhaite un bon voyage dans mon univers rose bonbon, en espérant que vous y ferez de belles découvertes livresques... ou autres ;) N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage chez moi, j'adore vous lire !!! Et, si le coeur vous en dit, vous pouvez visiter mes pages Face de Bouc : https://www.facebook.com/CoeurDeLibraire & https://www.facebook.com/RoseDarcyAuteure. Bonne visite à vous :D

05 Sep

Amélie NOTHOMB "Barbe Bleue"

Publié par Myiuki  - Catégories :  #LITTERATURE FRANCAISE

Quatrième de couverture

 

La colocataire est la femme idéale.

 

A mon avis ... 330x298 1277805245magnet barbapapa coeur rose 70055 330x298 1277805245magnet barbapapa coeur rose 70055 330x298 1277805245magnet barbapapa coeur rose 70055

 

Quel bonheur de voir reprise ici l'histoire de Barbe Bleue ! On est plongé dans un conte moderne comme je les aime et j'avoue m'être laissée emporter par ce roman dont la morale n'est pas forcément celle que l'on attend ...  Quelque part je me dis que j'ai retrouvé ici la Amélie que j'admire tant, celle qui arrive toujours à me surprendre avec ses idées farfelues, ses coups tordus dont on ne connaît jamais l'issue. Oui, j'ai été surprise par la chute de cette histoire, comme à chaque fois que j'ai lu l'un des bons romans de cette auteure que j'aime tant et pourtant, je n'ai pas été exaltée par l'histoire qui m'est restée malgré tout assez opaque. Je m'explique ...

J'ai adoré voir à l'oeuvre la plume acerbe d'Amélie Nothomb, voir les mots se mouvoir comme s'ils étaient les armes d'un combat à mort, observer toutes ses joutes verbales pleines de passion, de fougue, jouissives. Oui, j'ai admiré une fois de plus l'art de l'auteur qui arrive à opposer deux personnages forts, différents et pourtant au fond semblables, uniquement avec les mots. Pas besoin d'actes, pas besoin de gestes, ici, tout est dans la substance, la nuance des mots et de leurs usages. Quel plaisir de se sentir emportée par les dialogues, de se demander qui aura la dernier mot, de voir deux esprits s'envoler ainsi pour se retrouver dans des sphères qui sont loin de ma portée. J'aime beaucoup ces moments d'opposition uniquement basés sur le texte, ils sont à la fois forts, terribles, et empreints d'une adrénaline incomparable. Magique ! Les mots laissent toujours une trace dans notre esprit, ils sont la base de l'échange, de la réflexion. Ici, ce moyen prend toute la place dans le texte, on attend avec impatience chaque nouvel échange car on sait qu'il va faire, d'une façon ou d'une autre, avancer le récit vers un nouveau rebondissement. Un régal !

Le souci de ces dialogues qui portent l'oeuvre et qui m'ont tant enchantée, c'est leurs sujets. J'ai eu beaucoup de mal à m'imprégner des univers dans lesquels évoluent les personnages. Une fois de plus, arrogance et élitisme sont les deux qualificatifs qui me sont venus à l'esprit quand j'ai lu ce livre. Oui, j'ai l'impression parfois qu'Amélie pousse le trait un peu loin, qu'elle s'enferme dans une sorte d'aristocratie personnifiante et qu'elle en oublie le reste. On se sent exclu de ce monde qu'elle dépeint, confus dans les approches thématiques, perdu par moments dans les réflexions abordées. Alors oui, on a les bases du discours, on connaît l'Inquisition, on connaît la foi catholique, on connaît l'or, le champagne et le reste, mais ces éléments qui reviennent sans cesse et sont si éloignés de mon monde m'ont laissée de marbre. Je n'ai pas réussi à y trouver de l'intérêt. Je ne sais pas, le côté justement aristocratique du texte me l'a totalement rendu presque incongru, je n'y avais pas ma place, je ne pouvais pas m'identifier à cela. Ces obsessions du champagne et de l'or ne m'ont pas touchée, au contraire, elles m'ont parues presque futiles, inopinées. J'ai éprouvé un sentiment de rejet face à ces échanges qui paraissent tellement incongrus aux vues du monde dans lequel nous évoluons aujourd'hui, décalés, déphasés. Impossible pour moi d'y voir un miroir ...

Il faut dire aussi que les personnages principaux ne sont pas des plus attachants. Cette histoire repose sur une rencontre, celle de Don Elemirio et de sa nouvelle colocataire, Saturnine. Petite parenthèse pour dire qu'une fois encore, Amélie s'est laissée aller à piocher dans son répertoire de prénom à coucher dehors, et que, pour ça justement, je l'admire toujours autant. Quelle importance que ce prénom paraisse si désuet, si improbable ? Amélie arrive à le faire coller à la peau de son personnage comme personne d'autre n'y arriverait. Toujours dans l'extrême, mais toujours aussi dans la justesse. J'adore ! Donc, je parlais d'une rencontre. On indique au départ à Saturnine qu'elle va rencontrer un homme étrange, reclus, qui a déjà eu plusieurs colocataires qui ont toutes disparues. Mais alors, pourquoi manifester tant d'intérêt à cet homme ? On pourrait le qualifier d'avide ou de morbide, les deux adjectifs lui siéraient à merveille ! On se demande dès le départ pourquoi, alors qu'elles savent toutes de quoi il retourne, ces femmes continuent à se présenter auprès de l'aristocrate pour devenir sa colocataire. Ça attise de suite la curiosité du lecteur. Ça m'a intriguée et de suite, j'ai voulu en savoir plus ...

Cet homme est le déclencheur de l'aventure. En choisissant Saturnine, il l'embarque dans une sorte de relation malsaine et étrange basée sur des échanges verbaux, des combats d'idées, des oppositions sans cesse renouvelées de manichéisme et d'éthique. Il est la base de tout ce texte, même si c'est Saturnine qui le raconte, qui le vit. Il en est le centre, celui par qui tout commence, tout arrive, tout se finit. Il est bizarre, issu de la grandesse espagnole il n'a de cesse de mettre en lumière sa valeur, sa noblesse, de défendre sa foi catholique inébranlable qui le pousse à se confesser et à payer cher son prêtre pour absoudre ses pêchés. Il lit les textes des procès de l'Inquisition espagnole comme on lirait des poèmes d'amour, il a toujours rêvé d'être un oeuf, et pour lui, la femme idéale est une colocataire. Il vit reclus depuis vingt ans et n'a pas de relations en dehors de celles qu'il entretient avec ses fameuses colocataires. Comme personnage avenant et sympathique, on a vu mieux ! Il est même plutôt flippant, quoique très banal au fond - et c'est bien là sa force d'ailleurs, il paraît inoffensif - et pour tout vous dire, on se demande bien ce qui a pris à notre héroïne d'accepter d'être sa colocataire ...

Autant vous la présenter de suite. Saturnine est belge et enseigne au Louvre. Voilà en gros, ce qu'on peut en dire. Son trait le plus intéressant, c'est qu'elle n'a pas peur de Don Elemirio malgré les rumeurs qui courent à son sujet, elle lui tient tête dès le départ, bien décidée à ne pas tomber dans le même piège que celles qui l'ont précédé, à savoir tomber amoureuse du fameux Don. J'avoue qu'au début, je me suis dit qu'elle avait quand même un sacré tempérament, j'ai tout de suite apprécié le fait qu'elle tienne tête à l'Espagnol, même si j'ai souvent regretté qu'elle soit toujours la première à quitter le champ de bataille, une sorte de fuite qui m'a un peu agacée, surtout que c'était pour en revenir au même point par la suite ... Mais passons. C'est un personnage qui est censé être plus normal que celui de l'Espagnol. Dans la vision dichotomique du texte, elle représente le bien et lui le mal. Pourtant, quand son ami vient lui rendre visite, on sent que les choses ont basculées, elles ne sont plus ni toutes blanches, ni toutes noires et laissent apparaître pas mal de nuances de gris. Finalement, ce personnage se laisse aussi entraîner par l'enchaînement de pensées de l'Espagnol. J'ai eu un moment l'impression de me retrouver dans la série Esprits Criminels, avec cette femme qui tente de comprendre pourquoi il en est arrivé à faire disparaître ses colocataires, comment s'est arrivé (même si ça, c'est énoncé dès le départ avec la menace/l'interdiction de la chambre noire), quelles sont ses motivations, etc. Passionnant ! Rien de tel que de tenter de décortiquer la psychologie d'un tueur en série pour que le lecteur se prenne au jeu.

Et j'avoue que cette partie du texte m'a fascinée. Non seulement parce que les révélations ne viennent que tardivement dans le texte, ce qui nous laisse tout le temps de peaufiner des théories aussi fumeuses les unes que les autres et pour ma part, bien loin de la vérité, mais aussi parce que la révélation sur le motif de ses meurtres, sur la comment, sur les traces qui en sont restées dans la chambre noire, m'ont totalement sidérée. Alors ça, je ne m'y attendais pas ! C'est bien le mobile de meurtre le plus inattendu, le plus étrange, le plus tordu et le plus absurde qu'il m'ait été donné de voir dans un bouquin. Quand vous aurez lu ce livre, vous comprendrez ma perplexité. Et là encore, je me dis qu'Amélie Nothomb tient du génie, c'est qu'il fallait y penser et oser le mettre en forme ! C'est morbide, pervers, obscur, étrange et dérangeant. Bref, on retrouve là une part de la grande Amélie, celle qui nous permet de découvrir les méandres du cerveau d'un tueur et par la même de nous fasciner avec ses théories hallucinantes. Une fois de plus, j'ai été conquise par l'originalité du scénario "polar" monté par l'auteur, je n'ai pas vu la fin venir, je ne m'y attendais pas et on peut dire qu'elle a réussit son coup !

Pour conclure, je dirais que je ne pensais pas au final être si enthousiaste après ma lecture mais j'ai réellement apprécié ce roman. Mon avis reste cependant mitigé car les références contextuelles m'ont éloignée du coeur du récit alors que je pense qu'elles laissaient paraître des indices importants sur la psyché du tueur qui du coup m'ont sûrement échappé. Un point négatif majeur. Mais la fluidité du texte, l'emprise des dialogues qui vous embarquent à une vitesse folle dans un combat épique et le final du livre m'ont réconciliée avec Amélie. Assurément un livre qui ne restera sans doute pas dans ma mémoire dans les moindres détails mais dont je retiendrai l'intrigue particulière et le talent de son auteur.  

 

Passeport lecture

 

Nombre de pages : 180

Temps de lecture : 1h00

Prix : 16.50 €

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/9/6/9/9782226242969.jpg

 

http://2.bp.blogspot.com/-s7sRKbEmSus/T5fPpHcuMVI/AAAAAAAADg8/m3yWR2zsthA/s200/%25C3%2589mile-4+la+plume+au+feminin.jpg

 

530110 4030615076768 443719012 n

 

bannière challenge

 

http://img.over-blog.com/217x300/3/60/76/57/Challenge/Challenge-douce-France.jpg

 

http://unefeeetdeslivres.files.wordpress.com/2012/07/challenge-monde-livresque.jpg?w=300&h=117

 

 

Commenter cet article

SvCath 28/11/2012 21:19

Grosse déception en ce qui me concerne... J'ai eu la désagréable impression de relire "Hygiène de l'assassin" (qui m'avait cependant beaucoup plu). C'est EXACTEMENT la même trame. Pour
l'originalité, on repassera.

Myiuki 28/11/2012 23:22



Ca faisait trop longtemps que j'avais eu Hygiène de l'assassin pour y voir exactement la même trame pour ma part, bien sûr, j'y ai perçu des ressemblances, mais je n'ai pas cherché à aller plus
loin dans le détail. Pour une fois, j'ai trouvé que détouner un conte n'était pas une si mauvaise idée de la part de cette auteure que j'admire et qui me décevait ces dernières années ...
peut-être que j'attendais trop de ce livre et que j'ai été influencée par cette envie d'un renouveau, va savoir ! En tout cas, j'ai apprécié ma lecture malgré tout ^^


Merci pour ton commentaire !



AnnaGlasgow 07/09/2012 10:58

Je pense que tu peux revoir l'émission sur le site de France 5. En tout cas elle m'a bien fait rire à certains moments!

Myiuki 07/09/2012 12:46



Oui, j'essaierai, vive le replay ! J'adore son personnage, j'ai hâte de voir ce qu'elle a bien pu raconter encore ^^


Merci à toi !



Kincaid 06/09/2012 20:52

je pense pas le lire tout de suite celui là !

Myiuki 06/09/2012 21:01



Il peut patienter un peu ^^


Bonne prochaine lecture si toutefois tu te lances ;)



fersenette 06/09/2012 17:00

Merci pour cette info Annaglasgow ! :-))

Myiuki 06/09/2012 18:28



:)



AnnaGlasgow 06/09/2012 16:51

Il faut vraiment que je le lise celui-ci. Petite info, tu es peut-être déjà au courant. Elle sera présente ce soir sur France 5 dans l'émission La grande librairie! :)

Myiuki 06/09/2012 18:28



Oui, je savais mais j'ai pas la télé en vacances :( Ce sera pour une prochaine fois ^^


Merci pour l'info en tout cas !



À propos

Bienvenue sur le blog de Flo', lectrice, libraire & auteure - Rose Darcy, c'est moi ^^ -. Ici, je vous parle de ce qui me passionne, lecture, écriture, musique et bien d'autres choses encore ! Je vous souhaite un bon voyage dans mon univers rose bonbon, en espérant que vous y ferez de belles découvertes livresques... ou autres ;) N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage chez moi, j'adore vous lire !!! Et, si le coeur vous en dit, vous pouvez visiter mes pages Face de Bouc : https://www.facebook.com/CoeurDeLibraire & https://www.facebook.com/RoseDarcyAuteure. Bonne visite à vous :D