Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coeur de libraire

Bienvenue sur le blog de Flo', lectrice, libraire & auteure - Rose Darcy, c'est moi ^^ -. Ici, je vous parle de ce qui me passionne, lecture, écriture, musique et bien d'autres choses encore ! Je vous souhaite un bon voyage dans mon univers rose bonbon, en espérant que vous y ferez de belles découvertes livresques... ou autres ;) N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage chez moi, j'adore vous lire !!! Et, si le coeur vous en dit, vous pouvez visiter mes pages Face de Bouc : https://www.facebook.com/CoeurDeLibraire & https://www.facebook.com/RoseDarcyAuteure. Bonne visite à vous :D

29 Sep

Nicolas Didier Barriac "Malakas..."

Publié par Myiuki  - Catégories :  #LITTERATURE FRANCAISE

Quatrième de couverture

« Elles étaient deux : la pin-up excentrique et la bigleuse versatile. Pour une raison dépassant tout entendement, mon choix s’était porté sur la seconde sœur. Si sa myopie m’était apparue évidente lors de notre première rencontre – elle ne m’avait reconnu qu’une fois arrivée nez à nez avec moi – son égoïsme, lui, se cachait derrière des traits de caractère aussi aguicheurs que totalement factices. »

À mon avis ♥♥

Malakas… ou le théorème de la complexité.

Pourquoi ? Tout simplement parce que je vais avoir du mal à écrire un avis sur cette lecture… Il va s’en trouver, comme souvent avec moi, totalement paradoxal. La raison en est simple : je n’ai pas, moi en tant que lectrice, apprécié ma lecture, mais je sais pourquoi d’autres y trouveront une petite perle littéraire. Étrange me direz-vous de voir les qualités d’un ouvrage qui ne nous a pas convaincue ? Non. Les rouages du métier, sans doute. Mais, commençons par le commencement. Malakas, c’est l’histoire d’une plongée dans la psyché d’un jeune homme amoureux, Louis, qui va devoir combattre le dragon – comprenez sa belle-mère – pour conserver le cœur de celle qu’il aime – et qui n’est pas franchement combattive de son côté… -. Il est intéressant de découvrir cette histoire du point de vue masculin, chose assez rare en « romance » (même si ce n’est pas une romance ici, je précise), ça apporte un nouvel éclairage sur l’amour, nettement moins guimauve et plus… mâture, limite anthropologique à certains moments. C’est un des points forts du roman, suivre l’évolution de cette relation amoureuse qui n’a rien de simple (même si, moi, personnellement, je m’en suis vite lassée… sans doute parce que je ne trouvais pas cette relation intéressante, ou forte, seul son traitement a réussi à me maintenir la tête hors de l’eau… et encore, pas tout le temps). Entre Louis et Lena, c’est une course d’obstacles, ni plus ni moins. Mon souci majeur avec eux, c’est que je n’ai réussi à m’attacher à aucun des deux (ni aux personnages secondaires d’ailleurs). J’ai trouvé Louis trop… et Lena, pas assez… sans compter la belle-mère caricaturale avec ses phrases en franglais qui, au lieu de me faire sourire, m’ont clairement exaspérée ! (petite remarque au passage, j’ai un bon niveau d’anglais, ce qui n’est pas le cas de tout le monde, des petites traductions en bas de page n’auraient pas été de trop ^^). Vous l’aurez compris, je ne suis pas rentrée dans l’histoire, je n’ai pas réussi à m’attacher à ses protagonistes. J’ai trouvé Louis par moments un peu trop cynique, un peu trop juge & juré, je ne sais pas comment l’expliquer mais, alors qu’il aurait dû attirer ma sympathie aux vues des casseroles qu’il se trimballe, il n’y a pas réussi. Je me suis ennuyée au cours de ma lecture. Non pas que le récit soit mal mené ou inintéressant sur le fond, non, ce serait mentir parce que, mine de rien, l’ensemble tient la route, le récit est solide, bien construit, la progression en est logique, la fin tout autant, non, là-dessus, rien à dire. Alors, où est le problème ? Une question de goût, je pense. Je ne sais pas comment expliquer pourquoi je n’ai pas accroché. Un manque d’attachement aux personnages, certes, mais ça ne fait pas tout. Un manque de connivence avec le récit en lui-même, ça ne fait pas tout non plus. Est-ce un problème de style ? Peut-être. Et c’est là où naît le gros paradoxe. Je reconnais que la plume de l’auteur est très bonne, sensible, drôle, travaillée, mais… mais il y a un mais. Voilà où le bât blesse. Autant, à certains moments, j’ai adoré certaines tournures de phrases très… philosophiques, pertinentes, teintées d’humour, autant, à d’autres moments, j’étais lassée par ce style que j’ai trouvé, il faut dire ce qui est, légèrement snob. Un style que je nomme dans ma tête « à la parisienne », comme tous ces pseudo-intellectuels qui parlent comme des dictionnaires en pensant que ça fait « mieux », et qui ne font que mettre une distance supplémentaire entre eux et le lecteur. Je ne suis pas contre un style un peu « pompeux » parfois, mais pas au point qu’il en soit lourd, qu’il paraisse sentencieux, hors de portée. Je n’aime pas ce genre de style qui ne me touche pas mais qui, en un certain sens, me repousse en dehors de mon cercle de références. Non pas que je sois inculte, mais j’ai du mal à adhérer à ce style (purement une question de goût et non de remise en question du style en lui-même). Ici, j’ai ressenti cela, et ça m’a dérangée… Je me posais d’ailleurs une question existentielle sur les passages en italique en début de chaque chapitre. Quel rapport avec l’histoire ? Ils ne m’ont pas touchée non plus eux, je n’ai pas perçu leur utilité, mais ils ont réussi à m’intrigue un tant soit peu. Est-ce une histoire du passé d’un des personnages ? Une histoire inventée de toutes pièces et si oui, d’où ça vient ? Bref. Je crois que je suis passée totalement à côté de la plaque avec cette histoire. Je n’ai rien ressenti à la lecture, ça arrive cela dit. Ça ne m’empêche pas de reconnaître la qualité du texte, de ce qu’il raconte, c’est le traitement qui, sur moi, n’a pas fait effet. Je n’ai pas compris, en fait, je pense, je n’ai pas réussi à capturer l’essence de ce que je voulais me dire l’auteur à travers son récit. Quelques idées ont réussi à m’atteindre, ont fait naître quelques réflexions dans mon esprit, mais la finalité de tout ça reste obscure pour moi. Un livre qui questionne, sur l’amour, sur soi, sur la vie, un livre qui a une âme, un fond… mon seul bémol étant que je ne l’ai pas réellement perçue, pour ma part, cette âme… Un livre que je conseille malgré tout, parce que, comme je le disais plus haut, il a de nombreuses qualités pour convaincre. Laissez-vous tenter !

Passeport lecture

Nombre de pages : 278

Temps de lecture : environ 3 heures

Prix : 2.99 € (ebook)

Livre lu en partenariat avec l'auteur que je remercie pour cette découverte !

Livre lu en partenariat avec l'auteur que je remercie pour cette découverte !

Commenter cet article

À propos

Bienvenue sur le blog de Flo', lectrice, libraire & auteure - Rose Darcy, c'est moi ^^ -. Ici, je vous parle de ce qui me passionne, lecture, écriture, musique et bien d'autres choses encore ! Je vous souhaite un bon voyage dans mon univers rose bonbon, en espérant que vous y ferez de belles découvertes livresques... ou autres ;) N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage chez moi, j'adore vous lire !!! Et, si le coeur vous en dit, vous pouvez visiter mes pages Face de Bouc : https://www.facebook.com/CoeurDeLibraire & https://www.facebook.com/RoseDarcyAuteure. Bonne visite à vous :D